La claque dans ta gueule avec Polisse - No Surrender
21 mars 2012

La claque dans ta gueule avec Polisse

Je me devais de donner un titre dur à cet article. Brut de décofrage comme peut l'être mon langage parfois. Parce que le film dont j'aimerais parler l'est aussi. Il ne s'embarasse d'aucune fioriture et livre simplement la vérité. Moche, troublante, déroutante, souvent écoeurante, c'est la vérité de la Brigade de Protection des Mineurs que présente Maïwenn. Mais peut-on encore parler de Protection lorsque, bien souvent, le mal est déjà fait ? Lorsqu'ils arrivent trop tard ? [...] Là n'est pas la question, j'ai décidé que je parlerais d'un film. Encore une fois, c'est mon grand baptême : jadis j'avais vaguement dit combien Une Vie à Deux (The Story Of Us) me bouleverse, mais ce n'était pas vraiment une critique. Alors que là, le but c'est d'expliquer combien ce film m'a plu, c'est de matérialiser la marque des doigts qui s'est imprimée sur ma joue quand est arrivé le générique. Je n'avais pas ressenti ça depuis Black Swan (c'est vachement le même genre en plus, t'as vu), il fallait donc que j'en parle !

Déjà, vous n'avez pas pu le rater, c'est Maïwenn qui l'a réalisé. C'est la nana qui faisait la Diva dans le Cinquième Element alors qu'elle était toute toute jeune. C'est un OVNI venu d'on ne sait où qui a une gueule incroyable, un parcours carrément atypique, et une enfance qui n'a pas l'air franchement rigolote. Bref, c'est quelqu'un d'original qui ne rentre dans aucun moule. Elle n'a pas la platitude de nos actrices ou réalisatrices françaises ; elle n'a pas cet air complètement à l'ouest ou bobo-chic (et pourtant elle l'est sûrement, mais on s'en fout). Bref, elle m'intrigue et j'aime bien ça. Du coup j'ai laissé passer la tempête médiatique, toujours pas vu The Artist, t'façons c'est comme pour Intouchables, ils avaient déjà passé tous les meilleurs sketchs pendant le JT ces enfoirés.

En fait, en général dans une critique de cinéma il y a un synopsis tiré d'Allociné, une fiche technique, et ensuite l'avis du bloggueur avec une note. Moi je n'ai pas envie de mettre de note et je vous invite à aller directement sur Allociné si vous ne connaissez pas encore le thème du film. 

Je dirais juste que de bout en bout, ce film m'a absorbée. J'avais l'impression de regarder un reportage, alternant des bouts de la vie de cette brigade. Tous les personnages sonnent juste, tous sont attachants et touchants à leur manière. On a l'impression qu'ils vivent littéralement pour ce boulot, d'ailleurs leurs vies de familles sont souvent en lambeaux, quand elles ne sont pas inexistantes. Mais comment peut-il en être autrement ? Comment peut-on fermer la porte du bureau et rentrer chez soi se changer l'esprit, lorsqu'on sait que pendant ce temps des enfants sont maltraités ? C'est un peu leur gros problème, Joey Starr en-tête. D'ailleurs il a su s'impliquer dans son rôle et lui conférer une justesse assez impressionnante (quand on se souvient du rappeur aux dents dorées) et la Vilaine Seigner a raison, le César aurait pu lui revenir. 

Du coup, un peu dans la même position que Maïwenn dans le film, on est spectateurs. Tantôt horrifiés, tantôt bouleversés. Horrifiés parce que, sans entrer dans les détails, le film n'emprunte aucun détour. Il délivre toute sa violence sans s'inquiéter de choquer. Poignant parce que certains instants sont si criants de réalisme, on sait très bien que c'est au-delà du film, que tout ceci se produit vraiment. Il a même arraché, à l'Homme et à moi, un vrai fou-rire nerveux en parfaite harmonie avec les acteurs ; mais je n'en dis pas trop non plus. Mon corps a eu d'irréstibles sursauts, totalement crispé, écoeuré et nerveux. Après je me suis dit qu'il me serait désormais difficile de faire confiance ; du moins que je me mettrais à suspecter tout le monde. Parce que dans ce film, c'est Monsieur-Tout-Le-Monde qui viole des enfants, c'est Madame-Vous-Et-Moi qui est complice par son silence.

Et c'est terrible parce qu'à la fin, j'en voulais encore. Je m'étais mise à croire que ces gens étaient tous réels, qu'on se connaissait bien maintenant, et que je continuerais à découvrir leur terrible quotidien. Mais non, les noms ont défilé et puis l'écran est devenu noir. Polisse était terminé. Scotchée au tissu gris de mon canapé, j'oscillais entre la sensation délicieuse d'avoir vu un film superbe, le dégoût que m'inspirent les monstres qu'il dépeint, et, quelque part, une pointe de frustration car nous ne connaissions pas le fin mot de toutes les histoires. 

On pourra dire ce que l'on veut de Maïwenn, elle a quand même réalisé un film qui m'a transportée.. Et c'est tout ce que je demande au Cinéma.

polisse_ma__wenn_8295_north_584x0

Posté par alyzeeroussel à 18:38 - - Commentaires [5] - Permalien [#] Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Commentaires sur La claque dans ta gueule avec Polisse

    J'ose pas le regarder, ce film... J'ai pas envie de malheur, en ce moment...
    Pis Maiwenn, je peux pas.
    Je sais pas pourquoi, car elle représente pourtant tout ce que j'aime et que tu décris si bien.
    C'est sans doute lié à la façon dont elle a présenté son tout premier film, et qui m'avait énervée. Le fait qu'elle se soir réconciliée avec son père, qu'elle filme tout ça, j'ai trouvé que ça manquait de pudeur, qu'elle faisait du fric sur un truc moche. Pourtant, je sais c'est sa vie, son exutoire, mais y'a un truc qui m'avaitdéplu et j'arrive pas vraiment à mettre le doigt dessus.
    Mais je reconnais que c'est Quelqu'un, avec beaucoup de talent, et une sacrée gueule et un sacré tempérament.
    Mais pourquoi je l'aime pas, bordel ?!

    Posté par Arsinoe Crapaude, 21 mars 2012 à 19:24
  • j'arrete pas de voir et d 'entendre de super bonnes critiques sur ce film.
    Mais comme je suis une hyper sensible (j arrive a pleurer devant la petite maison dans la prairie), je sais pas si je devrai.....
    mais en tout cas joli article pour le presenter!

    Posté par Pomme, 21 mars 2012 à 19:29
  • Arsinoé : C'est sûr que ce n'est pas le film le plus drôle ou enjoué du moment ! Il est assez bouleversant, même si pour ma part ce n'est pas une émotion particulièrement triste qui s'en est dégagé.. Bizarre!
    Mais effectivement c'est curieux ton aversion pour Maïwenn ^^ Je n'ai pas vu son premier film, donc je ne peux pas dire!!
    Je ne peux que te conseiller de le regarder, un jour où ton moral est au beau fixe (et avant d'aller te coucher, car sinon après bonjour la fin de la journée^^)

    Pomme : Hihi je suis hyper sensible aussi, j'ai pleuré à la fin de Cars et Ratatouille!! Qui dit mieux ! ^^
    Ce n'est pas un film qui fait pleurer, parole de chouineuse

    Posté par Alyzée, 22 mars 2012 à 10:30
  • Hello !

    Je suis tombé sur ton article en cherchant des critiques de Polisse pour mon blog, et on est tombé assez d'accord sur tout (c'est même assez fou je trouve !)

    Je me suis donc permis de te citer, voici le lien si tu veux voir : http://www.mademoiselle-culture.fr/cinema/polisse-maiwenn/

    A bientôt !

    Posté par Mlle Culture, 19 mai 2012 à 13:17
  • Oui c'est vrai que moi aussi je suis restée sur ma faim !

    Posté par Tara, 11 janvier 2013 à 00:14
Laisser un petit message