Lettre à toi, grosse connasse. - No Surrender
27 juin 2012

Lettre à toi, grosse connasse.

* Je préviens simplement, que ces quelques mots ressembleront probablement à un flot irrégulier d'insultes, de rancoeur, et tout au fond il y aura comme un souffle libérateur. Il s'adresse à la mégère infâme en compagnie de laquelle j'ai appris à conduire, qui m'a ôté toute confiance en moi, humiliée régulièrement et qui, finalement m'a faite chialer le jour où je REpassais mon MOTHAFUCKINpermis. En me disant des conneries. Je voudrais simplement lui crier toute cette merde dont j'ai fini par me libérer. Je sais qu'elle n'a pas changé. Mais si jamais elle lisait ces mots, elle saurait qu'il est grand temps de s'y mettre. *

 

 Lettre à toi, grosse connasse, donc. J'ai une sorte de bibliothèque d'odeurs, mémorisées au fur et à mesure de ma vie, et parfois quand je les sens tout à coup, tout me revient dans la figure. Récemment, j'ai de nouveau senti cette odeur. Celle des plastiques et des tissus de ta voiture, une Peugeot d'une banalité consternante. Comme toi, finalement. Egalement, ta tête s'est gravée de manière indélébile dans la mienne. Je revois ton putain d'air affligé à chaque fois que je ratais un putain de créneau. Il faut dire que j'en ai raté plus d'un ; et je te l'accorde, tamponner la voiture de devant le jour du permis n'était pas la meilleure manière de le décrocher. Je glisse une floppée d'injures à l'attention du moniteur qui, ce jour là, m'a eu mauvaise dès que je suis entrée dans la voiture : encore un sale petit con bien trop conscient du pouvoir qu'il a sur nous, les jeunes candidats terrorisés. Vieux CONNARD ! Mais je reviens à ma moutonne. 

Toi là, avec ton cul constamment posé sur cette place conducteur, je te revois encore traiter les autres comme des débiles parce qu'ils ne comprennent pas immédiatement comment on prend un rond-point. Je me souviens une fois, ma première fois sur la voie à grande vitesse (frissons!! joie!! sentiment de puissance!!). Il fallait prendre une bretelle de sortie et dans les Landes, la DDE ne s'embarasse pas avec les distances de décéleration. Du coup, j'avais devant moi une minuscule sortie, genre je devais faire du 110 à 30 en moins de trois mètres. ( J'exagère évidemment, c'est pour amplifier le côté dramatique du récit !). Et là tu m'as dit un truc genre  " Là vas-y fais cinquième-troisième directement sans passer la quatrième NOOON ! Mais pas comme ça, putain, mais pffff ! Mais n'importe quoi toi ! Putaaain.. Alleeeez on recommence..."

Or moi, quand on m'explique les choses, en général, je les comprends (quote: La fille en noir du Mississipi - Lisez le, il est bien). Sauf quand elles sont bafouillées dans l'urgence alors que je concentre tous mes muscles pour faire mon truc correctement. Mais, allez savoir pour quelle raison, je me suis écrasée, comme toutes les autres fois, et c'est nul à chier, c'est pas ce qu'on m'a appris à faire, c'est pas ce que je voulais. Et pourtant, c'est exactement, précisément, ce que je l'ai laissée faire : je l'ai lassée entrer, ravager tout à grands renforts de remarques humiliantes, foutre le bordel, me foutre les jetons au point de ne plus réussir à parler devant une examinatrice. J'ai passé un oral pour l'école d'ingénieurs, quelques jours avant de repasser le permis, et je m'y étais sentie comme un poisson dans l'eau. Rassurée par mes connaissances, ma foi en moi, mon projet, mon moi. Consciente d'avoir de la valeur et d'avoir ma place dans cette école, en gros. Et ben là, quand la nana m'a fait ouvrir le capot et m'a demandé "Pourquoi il faut faire attention quand on contrôle le niveau d'huile ? " Bah, je ressemblais à un Flamby géant qui essaye vaguement de bafouiller quelque chose. Bon, j'ai bien répondu, mais je bégayais VRAIMENT !

Toi là, la grosse connasse, tu avais réussi à me transformer en Flamby. Pour cela, je te conchie, et aussi, je te remercie. Car maintenant, cela fait deux ans que j'ai ce MOTHAFUCKINpermis, et à part des moments de solitude dans les parkings souterrains, pour l'instant, ça va plutôt bien. Il m'est arrivé parfois de penser à toi, monitrice moisie, et je pensais à ce que tu devais être en train de rabacher, quelque part  :  "Sur le volant, les mains, dix heures dix, Pffff !" . Si tu n'as rien changé, tu dois aussi passer ton temps à soupirer, à dire à tes élèves combien ils sont débiles. Tu dois savourer ce pouvoir que tu as sur eux, eux qui sont juste avides d'apprendre comment gagner leur indépendance. Je t'emmerde donc, mais ce qui est fait est fait. Je te remercie, parce qu'il est maintenant de mon ressort d'apprendre de cette erreur monumentale que tu m'as fait faire. 

Toi là, donc, je t'emmerde, je te dis merci, et surtout, je te plains

madame-connasse2

Posté par alyzeeroussel à 22:37 - Commentaires [6] - Permalien [#] Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Commentaires sur Lettre à toi, grosse connasse.

    Lol eh bien quelle hargne :p

    Posté par Tara D, 27 juin 2012 à 23:27
  • je comprends ta rage, j'ai eu une connasse comme ça, pour 2 cours. Le premier j'ai chialé comme une merde, devant elle, en continuant à essayer de conduire, et le deuxième, j'ai arrêté la voiture en pleine rue, je l'ai traité de connasse et je lui ai dit que je la plantais là, si elle ne s'excusait pas (je suis rentrée à pieds, et j'ai changé de moniteur).
    Donc ton article, si tu le veux bien, je le dédicace à ma connasse
    (le principal c'est qu'on ait ce fucking permis de conduire ^^)

    Posté par Sia, 28 juin 2012 à 01:10
  • Tara : Voui ! Faut dire que je l'ai laissée monter longtemps cette colère !

    Sia : Pas de soucis!! On a tous une connasse quelque part, même si ce n'est pas une monitrice ^^

    Posté par Alyzée, 28 juin 2012 à 08:52
  • ah... le permis... la conduite... c'est un sujet récurrent dans les articles, j'ai remarqué. Moi je n'en parle pas parce que c'est un vrai traumatisme qui est devenu limite phobique. Donc c'est pas rigolo.
    Je sais pas pourquoi je te dis ça, ça n'a aucun rapport avec le vrai contenu de mon commentaire: j'espère pour elle que vous ne vous croiserez pas dans la rue ^^

    Posté par Serpe, 29 juin 2012 à 10:30
  • Serpe : Ah ! Effectivement, lorsque ça devient traumatique, ce n'est pas marrant :/ Mais si un jour tu ressens le besoin d'en parler, n'hésite pas, car ça fait du bien !!
    Et j'espère ne pas la croiser, jamais jamais!!!

    Posté par Alyzée, 29 juin 2012 à 19:19
  • Mon dieu, ça me donne pas envie de le tenter ce PUTAIN de permis ! Tu m'as fais rire quand même, on a le droit ? Bisous !

    Posté par Elsa Saône, 01 juillet 2012 à 22:45
Laisser un petit message