Unir nos voix dans un même cri. - No Surrender
10 octobre 2012

Unir nos voix dans un même cri.

“La corrida (mot espagnol, de correr : « courir ») est une forme de course de taureaux consistant en un combat à l'issue duquel le taureau est mis à mort “

Et je n’invente pas cette définition, puisqu’elle vient directement de cette encyclopédie en ligne que tout le monde connaît bien.

Je suis née près de l’océan Atlantique, au coeur du pays Basque, avant de passer toute mon enfance, de l’âge zéro à la vénérable majorité, dans une grande ville Landaise. Connue dans toute la France pour ses fêtes estivales, auxquelles j’ai essayé de prendre part une fois, avant de décréter que l’on ne m’y verrait jamais plus. Je me souviens comme si c’était hier du jour où l’ancien petit copain m’a dit : “Allez, viens voir une novillada, c’est moins trash que la corrida, et puis c’est la tradition, on y va chaque année !”

C’est la tradition, c’est vrai. Des centaines de familles ont pour habitude de se rendre aux arènes, vêtus de blanc et rouge, afin d’y voir... non, afin d’y regarder mourir un taureau. Et la plupart d’entre eux espère très fort pouvoir acheter la viande dudit combattant, afin de s’en mettre plein la panse au repas suivant. Belle famille oblige, j’ai été embarquée là-dedans, bon gré malgré, et puis j’ai vu, j’ai regardé, et j’ai fermé les yeux en perdant l’appétit.

J’ai vu une novillada. Ce qu’elle a, prétendument, de moins trash que son aînée la corrida, c’est qu’elle met en scène de jeunes taureaux et de jeunes torreros, pas encore bien accomplis. Des gens qui manquent encore d’expérience, qui n’ont pas tué beaucoup... Des gens dont les gestes ne sont pas encore assurés et qui ne maîtrisent pas encore assez leur épée pour frapper là où ça tue. Tu vois où je veux en venir ?

Je me rappelle qu’il m’avait dit quelque chose comme “Là ouais t’as pas de chance, aujourd’hui c’est un peu dégueulasse”, alors j’avais répété que je ne voulais pas rester là. Et sous mes yeux, un type enfonçait pour la cinquième fois son épée dans le crâne d’un taureau, taureau qui luttait et refusait de mourir. Dont le sang colorait la terre ocre, dont les beuglements d’agonie déchiraient le silence, et dont la mort souleva quelques applaudissements, qui n’étaient pas pour lui.

Alors, la bête achevée, des cavaliers étaient arrivés et avaient tracté le corps hors de l’arène. Seuls restaient son sang et son bourreau, et lui était aussi coupable que tous les gens qui l’avaient vu faire. J’étais aussi coupable de la mort de ce taureau et de son agonie, que tous les autres abrutis qui étaient assis autour de ce charnier. J’ai regardé mourir un animal sous la main de l’homme. D’autres ont applaudi l’heureux assassin.

Je veux bien entendre qu’il ne faut pas mettre humains et animaux sur un pied d’égalité, car nous dominons une chaîne alimentaire dont beaucoup sont des maillons. Mais je suis convaincue qu’ils méritent au moins autant de respect que celui que nous voulons bien donner à nos pairs. Qu’ils sont, eux aussi, des êtres vivants sur cette terre et que nous la partageons tous. Les conditions dans lesquelles certains animaux meurent en abattoir sont intolérables, oui, c’est clair. L’homme doit quand même tuer des vaches, poulets, dindes et autres pour avoir sa viande, ça aussi, c’est vrai et depuis des milliers d’années. C’est une part de l’équilibre de la vie humaine que de tuer certains animaux pour s’en nourrir. Et personnellement, j’ai choisi de l’accepter : ça me va, je n’ai pas de revendications végétariennes, bien que je comprenne aisément que l’on puisse en avoir.

Par contre, comment l’homme peut-il prendre du plaisir à être témoin de cela ? Tous ces moutons en rouge et blanc, applaudiraient-ils chaque mise à mort s’ils étaient au coeur d’un abattoir ? Seraient-ils les spectateurs fiévreux qu’ils sont face à la corrida ?

Et qu’ils ne viennent pas me dire que le taureau qu’un homme met à mort dans l’arène est un vaillant combattant, un guerrier parti dignement. Ce n’est rien qu’un condamné à mort, ce n’est rien qu’un tas de chair déjà vendue que l’on achève d’un geste théâtral. La corrida n’est pas le combat épique dont parlent ses aficionados.

Corrida et novillada sont des mises à mort publiques et des milliers de gens prennent leur pied à y assister. Alors que, dans ces mêmes arènes, Francis Cabrel était déjà venu demander “Est-ce que monde est sérieux ?”. Si le son de sa guitare ne dissimule pas les cris des taureaux, j’espère que l’écho de ses paroles retentira un jour assez fort. Pour que plus aucun taureau n’attende dans ces chambres noires.

 

taureau

 

Posté par alyzeeroussel à 15:00 - Commentaires [6] - Permalien [#] Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Commentaires sur Unir nos voix dans un même cri.

    En effet, ca m'a l'air encore plus immonde, car la torture est encore plus grande pour l'animal... Ca donne envie de vomir. Et encore plus quand je pense qu'on va voir ce genre de chose en famille.

    Posté par Happy hippie, 10 octobre 2012 à 15:13
  • De tous temps, les Hommes apprécièrent les trucs sanglants ; des combats de gladiateurs, qui, dès l'"Ave Caesar, Morituri te salutant" (ceux qui vont mourir, donc) annoncent la couleur (pourpre du sang qui coule), jusqu'aux exécutions en place de Grève pour lesquelles des centaines de personnes avides de sang se pressaient, ..bref, tu vois le truc, les gens aiment le sang. (j'en suis pas, tkt ) ; par contre, il est vrai que ça ne justifie pas ces tortures animales (on interdit bien les combats de coqs, non ?)

    En revanche, il est vrai que la Corrida est une tradition quasi ancestrale dans certaines régions ; il ne s'agirait peut-être plus alors de la supprimer, mais éventuellement d'en modifier les règles pour un meilleur respect de l'animal, qui est quand même un acteur principal de ce spectacle !

    Posté par Camille, 10 octobre 2012 à 17:10
  • Habitant moi aussi dans le sud ouest, mais pas originaire, c'est vraiment quelque chose qui me dépasse aussi O.o
    Ton texte est très beau et bien mené !

    Posté par Hachi, 11 octobre 2012 à 10:59
  • la tradition n'a pas que du bon et c'est le cas pour la corrida. Quand on pense que certains y voient un art majeur et culturel !

    Posté par les cafards, 14 octobre 2012 à 10:36
  • Happy Hippie : Merci pour l'ajout à ta liste de contributrices ! Je suis ravie d'avoir participé à ce cri de colère.

    Camille : Je pense t'avoir répondu à table ce weekend Mais merci beaucoup pour cet avis (un peu trop) très mature !

    Hachi : Merci, ça me fait plaisir ça !

    Les Cafards : Ouais, comme tu dis .. remarque, à une époque, c'était pareil pour les combats de gladiateurs !!

    Posté par Alyzée, 15 octobre 2012 à 09:27
  • Je suis complètement d'accord avec toi!!!!

    Posté par Juliana, 15 octobre 2012 à 21:26
Laisser un petit message