Be be be, be somebody - No Surrender
17 octobre 2012

Be be be, be somebody

Il est temps pour moi de parler ici de ce projet qui occupe constamment nos esprits, à l'Homme et moi. De ce projet fou qui a monopolisé la quasi totalité de nos congés d'été, la plupart de nos weekends depuis, et nos pensées le reste du temps. Qui nous fait angoisser souvent, douter parfois, espérer toujours. On nous dit : vous êtes courageux ! Est-ce que c'est vrai ? 

Nous sommes embarqués dans la jolie aventure du 4L Trophy. Celle qui voit défiler des milliers de Renault 4, depuis une quinzaine d'années, dans le désert Marocain. Celle qui permet à des tas d'étudiants motivés de se réunir autour d'un intérêt commun : l'éducation des enfants Marocains.

Mais bon. Il faut savoir aussi que, d'année en année, le caractère humanitaire de la chose s'est amenuisé. Transformant peu à peu ce raid en un vaste amusement pour grands enfants, ravis de fanfaronner sous le soleil marocain. Avec leur GoPro, évidemment.

N'allez pas dire que je râle, parce que pour beaucoup d'équipages, c'est vrai, c'est ça l'idée. Mais heureusement, il y en a d'autres qui ont à coeur de faire quelque chose, qui lisent encore assez les journaux pour savoir que non, l'accès à l'éducation n'est pas encore acquis partout, même dans ce pays très civilisé. (bien qu'il reste encore fort à faire, lisez donc ceci). Qu'il reste encore fort à faire partout, que dans les petits villages isolés, l'accès à l'hygiène et à l'éducation sont encore bien précaires. Qu'il y a encore des dizaines d'écoles à constuire, des tas de blocs sanitaires à installer, des dizaines de fauteuils roulants à emmener. Alors bien sûr, ce n'est pas en charriant quelques kilos de fournitures que nous révolutionnerons le désert Marocain. Mais voilà, nous sommes tous les deux entrés dans la vie active (ouh, voilà qui me vieillit) et, à 37 heures par semaine, difficile de trouver le temps pour un peu d'humanitaire. Difficile de tout quitter pour aller construire un puits en Namibie, difficile de prendre trois mois de congés sans solde pour aller réparer les dégâts d'un tsunami. Peut-être est-ce égoïse ? Peut-être que certains d'entre vous me diront que "quand on veut on peut", que vouloir faire de l'humanitaire est un engagement venant des tripes, et pour lequel tous les sacrifices nécessaires doivent être faits.

Je leur répondrai que je ne partage pas cet avis, et je leur dirai que je m'insurge souvent quand je lis ce que je lis, et quand j'entends ces insanités au journal. Mais que les choix de vie que l'on fait, pour soi, pour son propre avenir, ne permettent pas toujours de changer le monde. Pourtant j'aimerais. Planter ma petite graine sous la terre brûlante et la voir se changer en arbre. Porter secours, aider, faire quelque chose.

C'est ça aussi, que permet le 4L Trophy. La réglementation ne nous permet plus d'apporter qu'un sac de fournitures scolaires, un sac de fournitures sportives, et un chèque d'un montant minimum de 20 euros (seriously?). Les années précédentes, c'était 50 kg de fournitures diverses. Grâce à l'argent récolté, ce sont des écoles qui sont construites, trois l'an dernier grâce aux quarante mille euros amassés. Alors, j'espère vivement que notre chèque sera d'un montant plus grand. Que les entreprises qui nous font confiance et nous accompagnent, apportent leur pierre à l'édifice en nous soutenant financièrement. Comme ça, nous apporterons quelque chose et nous en verrons le résultat. Et d'autres enfants, apprendront aussi à lire. N'est-ce pas l'éducation qui éloigne le spectre de la violence ? 

Alors nous passons le plus clair de notre temps sur la vieille Renault 4 qui dort désormais dans le garage de mes beaux-parents. Rafistoler, dévisser, scotcher, câbler, nettoyer, rustoler, revisser, déboulonner, remplacer. Ongles noirs et sueurs froides. Rire bêtement quand elle ronronne, pleurer de rage quand elle crache, l'aimer aussi fort qu'on la déteste, s'accrocher. 

( Moi ? Je m'attache aux objets ? ... :']  )

En deux mots comme en cent ... Si vous me dites les mots 4L et Trophy, attachés ou non, c'est normal qu'un grand sourire excité éclaire mes lèvres.

 

dyn001_original_768_576_jpeg_2639397_25ab902fb0eed6b06a0f45a9b0f2fa12

Posté par alyzeeroussel à 23:03 - Commentaires [3] - Permalien [#] Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Commentaires sur Be be be, be somebody

    Non, je ne trouve pas égoïste de ne pas faire d'humanitaire. Je n'en ai jamais fait, ni de truc associatif, à part du syndicalisme car je voulais réellement changer le monde. Le monde, il m'a mis une grande tarte dans la gueule et des coups de poignard dans le dos, alors je suis désabusée de l'action collective. Par contre, le monde, je le change tous les jours à mon échelle, en intervenant sur des choses minimes du quotidien. Des petits gestes écolo responsables, des dons de choses (genre fringues), parler à quelqu'un qui a l'air d'en avoir besoin (sauf si c'est un gros con car ça existe aussi...), engueuler un gamin qui fait le con dans la rue (effet électrochoc ?) En fait , je me comporte simplement en humaine humaniste, car ce sont des valeurs qui se perdent de nos jours ('tain je cause comme une vieille aigrie ^^)
    Mais ton rallye 4L, je trouve ça cool, tu te fais plaisir en aidant, joindre l'utile à l'agréable, c'est comme ça qu'on fait les meilleures choses
    Gros bisous !!!

    Posté par Arsinoe Crapaude, 18 octobre 2012 à 09:48
  • Oui, je vois bien le principe de l'humaine humaniste, et tu as raison de cultiver ces valeurs ! Le challenge, c'est de réussir à les apporter aux générations futures, et pour ça je ne me fais aucun souci
    Merci !
    Bisous!!

    Posté par Alyzée, 26 octobre 2012 à 08:31
  • Tiens, j'ai appris que des jeunes vers chez moi (des potes à une ancienne élève) faisaient le rallye 4L ! Hu hu, les coincidences...

    Posté par Arsinoe, 26 octobre 2012 à 13:04
Laisser un petit message