Le premier vrai. - No Surrender
10 février 2012

Le premier vrai.

Je suis au fond d'une salle de cours, les fichiers sont ouverts, mais pourtant qu'est-ce qu'il est dur de s'y mettre ! Aucune envie. Juste celle de regarder les Frère Scott et de jouer aux dictateurs fous dans Tropico 3. Nous avons gagné notre après-midi donc après un saut chez Cultura, nous allons sauter dans la voiture. Et hop, dans les Landes ! Et là, comme une addict qui se respecte, je viens de craquer. J'ai envie d'élever mes chats et mes chiens dans les Sims (c'est grave, docteur ?). Mais une geekerie en entrainant une autre, j'ai envie d'un PC un peu moins fatigué et surtout qui chauffe moins (c'est grave, docteur ?).

Mais l'objet du message n'était pas là. En réalité, il était de vous souhaiter la bienvenue. A vous, connu ou inconnu qui découvrez mon nouveau blog. J'ai tourné une page qui s'appellait no-surrender. Non, au-delà de simplement tourner la page, je dirais plutôt que j'ai franchi un petit pont de bois qui m'a conduit de l'autre côté d'un joli parc. Un de ces edens où fleurissent les cerisiers Japonais et les rosiers orgueilleux. Un petit paradis dans lequel j'adore me réfugier. N'ayant donc jamais quitté cet endroit, j'y ai juste traversé un pont. No Surrender devient Come Get Some, provocateur. Comme un certain Duke Nukem, personnage fictif amateur de nanas faciles et pourfendeur de cochons sales, personnage fictif qui a bercé mon enfance. De même qu'une certaine Yoko, et une Lara aussi, et un Bruce. Quatre icônes découvertes quand j'étais une petite gamine, et qui continuent à m'accompagner, là où Sophie la Girafe a disparu depuis longtemps. L'âge de l'enfance aussi est loin, mais l'enfance et son innocence continuent à m'accompagner, je crois, chaque jour. En témoigne Mani, petite peluche de l'ère glaciaire qui m'accompagne constamment. Ce serait dommage de trop se prendre au sérieux. Les gens qui font ça m'énèrvent. Ceux qui ont un égo plus gigantesque que le mien aussi ! 

Mais l'objet du message n'était pas là. Il était de vous souhaiter la bienvenue et de dire qu'ici, je parlerai des choses qui me plaisent comme de celles qui me déplaisent. De tartes au citron, de restaurants Bordelais, de politique parce que je déteste ça, de mes livres qui poussent, de voyages peut-être aussi... Et de mon quotidien de nana de vingt ans, qui découvre la vie et l'indépendance grâce à son apprentissage en école d'ingé. Qui partage son quotidien avec l'Homme, dans un appart' trop mignon près d'une petite forêt. Qui invite son pop' à manger presque tous les mardis soir, et qui s'améliore d'ailleurs, parce qu'au début il avait tout le temps faim en repartant (!). Qui cuisine, plutôt pas mal d'ailleurs. Et qui rentre de temps en temps dans les Landes, qu'elle a longtemps dénigré, et qui sont en fait ses racines. Chose qu'elle a comprise récemment et qui lui apporte une certaine sérénité. 

L'objet du message était donc là : bienvenue. 

 

Doors_of__Terengganu_by_warnaiman

Posté par alyzeeroussel à 09:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#] Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Commentaires sur Le premier vrai.

Laisser un petit message